Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International

  • Des photos des Pussy Riots ?

    "Aujourd'hui, 11 ans se sont écoulés depuis la mort du grand poète russe, Dmitriy Prigov. Prigov a créé une image d'un policier, porteur de la nation céleste, dans la culture russe », a écrit Pussy Riot dans une déclaration sur Facebook en anglais. L'image du policier céleste a été utilisée pour illustrer le sort des prisonniers politiques tels que le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov - actuellement en grève de la faim dans un camp de prisonniers de l'Arctique - et des poursuites judiciaires contre les utilisateurs des réseaux sociaux. aux désirs des autorités russes. Pendant cette Coupe du Monde, la police russe n'a pas intimidé les fans occidentaux, et les médias d'Etat russes les ont accueillis avec optimisme. Leur trait le plus précieux était qu'ils ne critiquaient pas le pays hôte. Mais les critiques de l'Etat russe se tortillent encore sous son poing chaotique. Dans des images d'interrogatoires suite à leur invasion de terrain, la police a dit aux activistes de Pussy Riot de leur "regret que ce ne soit pas 1937 maintenant", se référant à La Grande Purge de Staline. Dans la Russie aseptisée que nous regardons tous les mois sur les écrans de télévision, le message était particulièrement poignant: un rappel de ce que la «normalité» russe cache vraiment. La nouvelle normalité de la Russie cache le fait que les 10% les plus riches possèdent près de 90% de la richesse du pays; les antifascistes sont enlevés, battus et torturés; les membres de la communauté LGBT font face à la persécution (et dans la République sud de Tchétchénie, auraient été rassemblés et torturés), les médias indépendants sont pressés jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus survivre, et les employés sont menacés ou transportés aux bureaux de vote pour s'assurer que Le président Vladimir Poutine obtient une forte participation malgré le fait qu'il soit le seul candidat viable aux élections nationales. La normalité de la Russie accueille les étrangers qui s'y risquent susceptibles d'épouser des messages positifs sur la nation, tout en giflant ses propres citoyens (dans les cas les plus agréables). Pussy Riot prend d'assaut la Coupe du Monde la hauteur nous a rappelé que ce spectacle heureux et accueillant a un côté bien plus sombre. Sentsov reste un prisonnier politique, accusé de comploter le terrorisme dans une affaire qualifiée d '"injuste" par Amnesty International - le critique virulent de l'ancien gouvernement pro-russe de l'Ukraine est détenu depuis plus de quatre ans. Les militants de Pussy Riot ont connu leurs propres épreuves et peines, subissant des peines d'emprisonnement pendant lesquelles ils auraient été humiliés à l'infini - Maria Alyokhina a décrit être systématiquement déshabillée et soumise à des examens gynécologiques invasifs alors qu'elle était emprisonnée dans une colonie pénitentiaire russe. Cette Coupe du Monde a peut-être été un fantastique coup de pub pour un pays souvent profondément méconnu. Mais ne remplaçons pas ces malentendus par d'autres idées fausses. Retrouvez toutes les infos sur photographe de portrait à Lille en suivant le lien.

  • Une discussion très savoureuse

    C'est une période bien étrange que la nôtre. Il y a peu, je suis allé à Andorre pour un incentive. J'ai pas mal discuté géopolitique avec d'autres participants, et ça nous a fait un choc, de voir combien de pays sont à l'heure actuelle présidés par des personnalités troubles, voire franchement délirantes. En premier lieu, il y a bien sûr Trump, qui a d'ores et déjà sa place au Panthéon des comiques. Dernièrement, il s'est encore distingué par le mot qu'il a laissé dans le livre d'or du mémorial de l'Holocauste Yad Vashem : il y décrit le plaisir qu'il a à être là avec tous ses amis. Même un enfant aurait fait preuve d'un plus grand sens de l'Histoire ! Après, il y a bien évidemment un certain dictateur nord-coréen, qui a fait exécuté son oncle et ancien mentor, Jang Song-Thaek (entre autres crimes !). Et pour finir en beauté : le président philippin, qui applique la peine de mort aux toxicos, et ce même sans qu'il soit besoin d'un jugement. Ces trois individus sont dangereux, mais parfois, j'avoue qu'ils savent être divertissants. Par exemple, quand le président américain a dépeint le leader nord-coréen comme un « fou avec des armes nucléaires ». Et Trump aurait dit cela à Rodrigo Duterte, le président philippin ! Il aurait même osé complimenter ce dernier pour sa lutte anti-drogue, celle-là même qu'il a mise en place il y a un an et qui très largement contestée. Pour vous donner une idée de quoi il retourne, Duterte aurait avoué son admiration pour Hitler, dont la solution finale lui semblait particulièrement adaptée pour lutter contre le fléau de la toxicomanie... Il y aurait déjà eu plus de 7000 morts dans le pays dans cette lutte acharnée ! Au cours de cette même discussion, Trump aurait précisé à quel point il avait plus de bombes nucléaires que Kim Jong-Un. En bref, c'était le message d'un milliardaire inconscient à un forcené, diffamant un paranoïaque agressif et inconscient. C'est le comble du comble, non ? Quoi qu'il en soit, cet incentive m'a fait passer un très bon moment : les animations étaient très bien trouvées. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette expérience incentive à Andorre.

  • Lisbonne en groupe

    On croit qu'on grandit, mais en fait, non. Notre enfance nous poursuit toute notre vie. Je m'en suis encore rendu compte récemment. Dernièrement, mon épouse et moi sommes en effet partis en voyage de groupe à Lisbonne. Et si, de mon côté, j'y ai trouvé mon compte, on ne peut pas en dire autant pour ma femme : elle a détesté. Elle m'en parle d'ailleurs encore régulièrement. Ca n'avait pourtant rien à voir avec la destination : ce qu'elle n'a pas supporté, en fait, c'est le fait de devoir voyager en groupe. Je ne m'attendais pas du tout à une réaction aussi épidermique de sa part. Puis je me suis souvenu. Un jour, elle m'a révélé que chaque fois qu'elle se retrouvait en vacances avec toute sa famille, avec ses oncles, cousins, et toute la smala, elle le vivait comme un cauchemar. Pourtant, elle les aimait tous. Mais ce qu'elle détestait par-dessus tout, c'est que selon elle, quand on est en groupe, chaque membre du groupe devient une caricature de lui-même. Pour ma part, je suis persuadé que sa peur du groupe est liée à la peur de perdre le contrôle. Elle a le sentiment d'être confrontée à un désir plus grand, qui se trouve par ailleurs ne pas être le sien. A mon avis, cette peur est un héritage de ses parents. Elle a cinq frères et soeurs, et dans son enfance, elle a eu souvent l'impression d'être invisible parmi tous ses frères et soeurs. Depuis, chaque fois qu'elle se retrouve au sein d'un groupe, ce sentiment d'être une chose négligeable lui revient inconsciemment. Comme j'ai eu une enfance radicalement différente, c'est une façon de voir que je ne comprendrai jamais vraiment (en ce qui me concerne, j'adore vivre à plusieurs), mais je comprends que la vie de groupe ne soit pas la tasse de thé de tout un chacun. Enfin, peu importe. Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'on ne réitèrera pas l'expérience ! C'est dommage, parce que pour ma part, j'ai vraiment apprécié l'atmosphère festive du groupe. Et pour ceux que ça intéresse, d'ailleurs, je mets le lien vers l'agence à laquelle nous avons fait appel pour faire ce voyage de groupe. J'ai vraiment aimé leur réactivité et leur capacité à mettre de l'ambiance. Davantage d'information sur l'agence organisatrice du voyage groupe à Lisbonne en cliquant sur le site web de l'organisateur.