Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Arno

  • Boeing en avance sur ses livraisons

    Boeing Co (BA.N) a livré 61 de ses 737 avions monocouloir les plus vendus en septembre, enregistrant une hausse inattendue des chiffres du mois d'août et laissant supposer des problèmes de fabrication chez les fournisseurs.    La nouvelle a brièvement propulsé les actions de Boeing en territoire positif au cours de la séance de l'après-midi, un jour où les actions industrielles ont été freinées par les préoccupations liées au commerce et à la croissance de la Chine.    La production de Boeing a été touchée par des retards chez des fournisseurs tels que le fabricant de fuselages Spirit AeroSystems Inc (SPR.N) et la coentreprise GE, CFM International, qui fabrique des moteurs pour les 737, n'ayant livré que 29 avions en juillet.    La remontée à 48 avions en août laissait espérer que la compagnie pourrait toujours atteindre son objectif de livrer 50 avions de plus au total en 2018 que le record de 763 de l'année dernière.    Le président-directeur général, Dennis Muilenburg, a déclaré le mois dernier que les livraisons des 737 avions de ligne à fuselage étroit en septembre seraient aussi bonnes qu'en août.    Les chiffres trimestriels de Boeing font état de progrès constants en matière de fournisseurs et préparent le premier constructeur mondial d'aéronefs à une solide fin d'année, a déclaré Sheila Kahyaoglu, analyste chez Jefferies.    "Nous nous attendons à une reprise complète au quatrième trimestre", a déclaré Kahyaoglu.  Ces chiffres ont porté le nombre total de livraisons d'avions pour les neuf premiers mois de 2018 à 568, en hausse par rapport à 554 fin septembre 2011.    Boeing, qui devrait livrer entre 810 et 815 avions en 2018, est face à son principal concurrent, Airbus SE (AIR.PA), qui a livré 503 appareils jusqu'en septembre de cette année, contre 454 livraisons à la même période l'an dernier.    Boeing a livré 57 avions en septembre dernier.  L'Airbus SE d'Europe (AIR.PA) est aux prises avec des retards dans les livraisons et des problèmes de qualité, laissant une trajectoire abrupte dans les livraisons pour le quatrième trimestre afin d'atteindre les objectifs de fin d'année.    À ce jour, huit des appareils Bombardier CSeries récemment acquis, désormais connus sous le nom de A220, ont été livrés jusqu'à présent. La société basée à Toulouse en France prévoit de livrer environ 800 avions en 2018, à l'exception de la A220 de conception canadienne. A lire sur le site de simulation de vol Boeing

  • La pression des autres

    En seulement sept ans, l’industrie chinoise peer-to-peer (P2P) est devenue la plus grande du monde, avec 3 000 plates-formes P2P et un portefeuille de prêts d'environ 500 milliards de dollars. Même si le succès des prêteurs P2P en Chine a inspiré les entrepreneurs du monde entier à faire de même, l'année dernière a été extrêmement difficile pour les prêteurs P2P chinois. Fatigués d'une croissance aveugle, d'inadéquations de fonds, de problèmes de gouvernance, de fraudes et de certaines plates-formes fonctionnant sous le stratagème de Ponzi, les régulateurs chinois ont été soumis à une réglementation stricte. Les nouvelles réglementations limitent la croissance des plates-formes de P2P en Chine, maintenant. Les jours non réglementés Plus près de chez eux, la Reserve Bank of India, ou RBI, a publié le cadre réglementaire pour les plates-formes de P2P en octobre dernier. L'Inde est également témoin d'un effet d'entraînement dans l'industrie, similaire à celui observé en Chine. Bien que la plate-forme P2P domestique soit beaucoup plus petite, elle recèle un potentiel énorme, car une grande partie de la population n’est pas desservie par les banques traditionnelles. Quand les directives de la RBI ont été adoptées l’an dernier, il y avait près de deux douzaines d’acteurs opérant en tant que sociétés technologiques enregistrées en vertu de la Loi sur les sociétés. Il y a trois ans, lorsque les acteurs P2P ont débuté en Inde, il n'existait aucune ligne directrice et différents modèles ont émergé. Un modèle de prêt pur et non garanti dans lequel les prêteurs accordaient de l’argent pour le déploiement en tant que prêts personnels non garantis. Une autre où les joueurs offraient des garanties (y compris la protection du capital) aux prêteurs pour l’acheminement des fonds aux fins de prêts dans le cadre de la plateforme. Un troisième, où promoteurs ou autres actionnaires ont apporté des fonds propres et d’autres fonds pour des prêts P2P en utilisant leurs propres bilans. À ce moment-là, il n'y avait aucune restriction sur le montant que les prêteurs et les emprunteurs pouvaient contribuer ou utiliser dans le cadre de la plateforme. Les prêts allaient de 50 000 roupies à un crore. La plupart des investisseurs étaient de petites NBFC, des particuliers fortunés ou des traders à la recherche de rendements élevés; et les emprunteurs obtenaient le montant qu'ils voulaient sans limite. De nombreuses plates-formes prêtaient aux PME et les MPME qui avaient un besoin urgent de fonds. La vie après la réglementation Après les directives de la RBI, il est enfin possible de clarifier ce qui définit un P2P: il ne peut être exécuté qu'après avoir obtenu une licence NBFC auprès de la RBI uniquement à des fins de prêt non garanti. Un prêteur peut contribuer un maximum de 10 lakh Rs. Un emprunteur ne peut prendre plus de 50 000 roupies auprès d’un seul prêteur, mais un maximum de 10 lakh Rs réparti sur 20 prêteurs. (Voir les directives RBI P2P). Cela rend le prêt P2P plus difficile et complexe. "Vous devez prêter à plusieurs emprunteurs auprès d'un même prêteur sur une base continue. Cela nécessite un ensemble de compétences différentes, y compris une plate-forme technologique et une expertise opérationnelle", déclare Rajat Gandhi, fondateur et PDG de Faircent.com. prétendent être le plus grand P2P de l'Inde. Plusieurs promoteurs ont déclaré que l'infrastructure informatique stipulée par la RBI était un élément nécessaire à un «500 crore plus NBFC». Pour les P2P, la limite de fonds propres nets minimum a été fixée à 2 Rs. crore. La plupart des P2P ne peuvent pas se permettre de mettre en place un réseau à ces prix. En outre, les exigences prudentielles strictes obligent les acteurs existants à abandonner leurs plans ou obligent les acteurs existants à s'abstenir de prendre des licences. Seules 15 sociétés impaires ont postulé. Ceux qui s’occupent de prêts dans la communauté ou d’activités de type chit fund ont décidé de rester à l’écart pour le moment. Obtenir de l'argent sera un défi maintenant avec la restriction de 10 lakh Rs pour les investisseurs prêtant aux P2P. Les acteurs de ce secteur devront tendre la main à davantage d'investisseurs. Et tandis que les acteurs P2P considèrent les investisseurs en fonds communs de placement comme des prêteurs potentiels, les experts bancaires affirment qu'il existe des problèmes de confiance, car de nombreux acteurs P2P sont des marques inconnues et ne disposent pas de mécanismes de sauvegarde institutionnels. Le secteur des fonds communs de placement a mis des décennies à gagner la confiance des investisseurs et le P2P est le petit nouveau sur le marché. Mais les joueurs disent que les prêteurs ne manquent pas. "La formation des investisseurs est la nécessité du moment. Nous avons également l'enregistrement RBI, qui sert de réconfort facteur pour les prêteurs / investisseurs ", a déclaré Bhavin Patel, fondateur et PDG de LenDenClub. Pramod Kumar Akhramka, fondateur de la plate-forme OMLP2P, affirme que ce serait initialement la capacité de la plate-forme à attirer des fonds du marché. Si les P2P fournissent les rendements promis, les fonds viendront plus tard. En ce qui concerne les emprunteurs, les entreprises sont prêtes à prêter. Il existe un nombre considérable d’emprunteurs de la classe des salariés nouvellement salariés (ceux dont les salaires sont compris entre 5 000 et 15 000 roupies) négligés par les PME, les MPME et le secteur bancaire. Les petits emprunteurs ne sont pas bien servis, déclare Surendra Kumar Jalan de OMLP2P. Citant l’avantage de réduire les coûts (alors que le secteur bancaire paie d’énormes coûts de réglementation), M. Jalan affirme que le défi consiste à trouver les bons emprunteurs.

  • Sur l'ancien avion de la Patrouille de France

    La semaine dernière, après trois mois à reporter sans cesse et de appréhension, j'ai en définitive accompli un baptême de l'air en avion de chasse. Une expérience exceptionnelle. Je me suis pointé vers neuf heures trente à l'aérodrome de Rennes où j'ai fait la connaissance de le instructeur, ancien officier de la Patrouille de France. Les autres participants étaient déjà arrivés : nous étions 4 à décoller ce jour-là. Nous avons assisté au briefing nous exposant le vol: les qualités de notre avion, les questions de sécurité... Puis notre instructeur a tiré au sort notre ordre de vol : ouf, je passais en première position ! Je suis allé revêtir ma combinaison de vol, après quoi j'ai joint l'avion accompagné par le pilote. Petite appréhension : le Fouga CM 170 n'est pas aussi intimidant qu'un L39. Et sa silhouette prouve qu'il commence à dater (sa création remonte à la fin de la seconde guerre mondiale, quand on y pense). Seulement j'avais consulté assez de choses sur ce dernier pour me souvenir que c'est avant tout un avion d'entraînement, de ce fait très maniable et permettant de savoureuses sensations une fois à bord. Je me suis hissé à l'avant et l'équipe m'a sanglé au siège, en m'exposant les dernières préconisations. Finalement la verrière s'est refermée et l'avion s'est acheminé sur la piste. Enfin, j'y étais : je concrétisais mon rêve ! Le décollage a été exécuté avec élégance. C'était même moins effroyable que ce que j'avais prévu. Nous avons ouvert le bal par un vol de reconnaissance. La verrière me fournissait une vision imprenable sur le sol alentour. Puis l'appareil a continué avec un vol à basse altitude. Alors, enfin, la phase tant attendue : celle des acrobaties. Le premier break m'a secoué. J'ai senti que mes épaules étaient pressé contre mon siège. Puis une seconde figure a instantanément débuté après celle-ci. Pas même un instant pour recouvrer mes esprits. Après plusieurs virages et quelques vrilles, j'ai commencé à me sentir perdre conscience et j'ai dû me contracter au maximum pour enrayer le blackout. Une expérience ahurissante, je confirme !Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de vol en Fouga Magister.