Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Arno - Page 3

  • Grand âge : apprendre à travailler en équipe pour pouvoir mieux décider dans des situations complexes marquées par l’incertitude

    Lorsqu'on touche au grand âge, le soignant se trouvant confronté à la question des limites (les limites du savoir, les limites de la vie, les limites du sens), perd ses repères habituels, et doit faire face à l’incertitude. Il doit donc apprendre à douter d’une part, et à gérer ce doute consubstantiel à son exercice. Ne pas savoir est une position difficile à tenir lorsqu’il s’agit d’être responsable, de décider, de « faire des choix ». Mais le doute peut aussi être appréhendé comme outil épistémologique permettant la critique des certitudes et des incertitudes, la vérification du « bien-fondé » (et donc du sens) des projets et des actions soignantes. Le doute est une compétence qui impose la délibération en vue de la décision d’une action. Il invite à l’argumentation de ses choix ou de ses convictions. Il impose l’écoute d’autres convictions et le respect d’autres argumentations susceptibles, pour un même sujet, de déboucher sur d’autres choix. La moins mauvaise décision est le plus souvent celle qui se situe dans une position médiane, à la croisée des différents regards qui se posent sur la personne malade et sur sa situation. S’il est probable qu’une décision prise de telle manière soit la plus respectueuse de la personne malade et la plus adaptée, il est aussi certain qu’elle sera plus facile à assumer par le médecin et par l’équipe soignante en termes de responsabilité. Une condition sine qua non pour investir ainsi la complexité et de résister à la tentation du tout technoscientifique est de se faire confiance soi-même et de travailler en équipe. Confrontés à des situations singulières et complexes pour lesquelles l’incertitude est centrale, tous les acteurs de la santé de la personne malade doivent d’abord savoir qu’ils ne savent pas ce qui est bon pour autrui et que la science et la technique ne sont pas des réponses mais des outils. Se faire confiance impose que l’on ait une certaine estime pour soi, que l’on ait entrepris un travail sur soi, comme un sujet consubstantiellement caractérisé par des limites. Il n’est pas sûr à l’heure actuelle que les études – et particulièrement les études médicales – encouragent à cela. Pour travailler en équipe, le respect doit être alors au centre des rapports professionnels. Si travailler en équipe impose un certain degré de hiérarchie, nécessaire pour avancer dans les projets de soins et pour construire des projets de services, cette hiérarchie ne doit en rien être réduite à la dimension de « l’autorité ». En effet, chacun peut et doit, de là où il se situe, contribuer à une approche raisonnée de cette complexité et de cette singularité de la personne malade. La hiérarchie arbitraire et traditionnelle entre médecins et soignants peut de ce point de vue gêner l’approche discursive et le travail en équipe. Elle doit progressivement s’effacer pour permettre la libre argumentation de chaque professionnel exprimant, dans son cœur de métier, sa propre vision du « sujet complexe ». La caractéristique de l’interdisciplinarité est l’interaction, l’influence mutuelle, ce qui aboutit à une évolution et une transformation réciproques des savoirs dans un esprit collaboratif. Le doute est alors un moteur de progrès en ce qu’il facilite l’interdisciplinarité, elle-même mode d’approche de la complexité. Le doute inhérent à l’approche des situations complexes et singulières, ainsi investi, peut donc être fécond et susciter la créativité, l’inventivité. Le doute et l’incertitude obligent les professionnels à adapter en permanence leur logique de soin pour réduire l’écart entre le prescrit et le réel.

  • Des photos des Pussy Riots ?

    "Aujourd'hui, 11 ans se sont écoulés depuis la mort du grand poète russe, Dmitriy Prigov. Prigov a créé une image d'un policier, porteur de la nation céleste, dans la culture russe », a écrit Pussy Riot dans une déclaration sur Facebook en anglais. L'image du policier céleste a été utilisée pour illustrer le sort des prisonniers politiques tels que le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov - actuellement en grève de la faim dans un camp de prisonniers de l'Arctique - et des poursuites judiciaires contre les utilisateurs des réseaux sociaux. aux désirs des autorités russes. Pendant cette Coupe du Monde, la police russe n'a pas intimidé les fans occidentaux, et les médias d'Etat russes les ont accueillis avec optimisme. Leur trait le plus précieux était qu'ils ne critiquaient pas le pays hôte. Mais les critiques de l'Etat russe se tortillent encore sous son poing chaotique. Dans des images d'interrogatoires suite à leur invasion de terrain, la police a dit aux activistes de Pussy Riot de leur "regret que ce ne soit pas 1937 maintenant", se référant à La Grande Purge de Staline. Dans la Russie aseptisée que nous regardons tous les mois sur les écrans de télévision, le message était particulièrement poignant: un rappel de ce que la «normalité» russe cache vraiment. La nouvelle normalité de la Russie cache le fait que les 10% les plus riches possèdent près de 90% de la richesse du pays; les antifascistes sont enlevés, battus et torturés; les membres de la communauté LGBT font face à la persécution (et dans la République sud de Tchétchénie, auraient été rassemblés et torturés), les médias indépendants sont pressés jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus survivre, et les employés sont menacés ou transportés aux bureaux de vote pour s'assurer que Le président Vladimir Poutine obtient une forte participation malgré le fait qu'il soit le seul candidat viable aux élections nationales. La normalité de la Russie accueille les étrangers qui s'y risquent susceptibles d'épouser des messages positifs sur la nation, tout en giflant ses propres citoyens (dans les cas les plus agréables). Pussy Riot prend d'assaut la Coupe du Monde la hauteur nous a rappelé que ce spectacle heureux et accueillant a un côté bien plus sombre. Sentsov reste un prisonnier politique, accusé de comploter le terrorisme dans une affaire qualifiée d '"injuste" par Amnesty International - le critique virulent de l'ancien gouvernement pro-russe de l'Ukraine est détenu depuis plus de quatre ans. Les militants de Pussy Riot ont connu leurs propres épreuves et peines, subissant des peines d'emprisonnement pendant lesquelles ils auraient été humiliés à l'infini - Maria Alyokhina a décrit être systématiquement déshabillée et soumise à des examens gynécologiques invasifs alors qu'elle était emprisonnée dans une colonie pénitentiaire russe. Cette Coupe du Monde a peut-être été un fantastique coup de pub pour un pays souvent profondément méconnu. Mais ne remplaçons pas ces malentendus par d'autres idées fausses. Retrouvez toutes les infos sur photographe de portrait à Lille en suivant le lien.

  • La logistique

    La logistique – dont la fonction est d'assurer « la disponibilité des produits au bon endroit, au bon moment et dans les bonnes quantités » et qui a longtemps été considérée comme une activité business-oriented – s’inscrit depuis quelques années dans l’agenda politique de nombreux pays comme un objet autonome de politiques publiques, au même titre que d’autres activités économiques telles que les activités industrielles ou de services. Cette autonomisation traduit un glissement à travers lequel l’activité logistique acquiert progressivement un statut de domaine économique à part entière, dont le transport de marchandises serait une simple composante. La vision du rôle économique de l’activité logistique ne cesse d’évoluer passant d’un important générateur de coûts, à une activité stratégique au cœur de la compétitivité des entreprises. Cette fonction de compétitivité se traduit d’abord par une volonté croissante de maîtrise des coûts logistiques, évalués à 12% du coût total de production que doivent assumer les entreprises, mais aussi par une reconnaissance de la capacité de cette activité à générer de la valeur ajoutée. En outre, l’activité logistique n’est aujourd’hui plus simplement abordée comme une fonction interne aux entreprises, mais comme une fonction économique majeure des nations. D’abord, les activités logistiques seraient au cœur de la compétitivité des supply chains, ou chaînes logistiques, définies comme « le réseau d'organisations impliquées, par des liens amont et aval, dans les différents processus produisant de la valeur sous la forme de biens et de services à destination d’un client final ». La fonction macroéconomique de l’activité logistique est également associée à l’important réservoir d’emplois qu’elle génère : aujourd’hui, cette activité représente en France environ 1,6 millions d’emplois, soit près de 11% de l’emploi total. Cette prise de conscience n’est pas propre à la France, comme l’attestent les nombreuses initiatives européennes visant à définir un cadre réglementaire et législatif au fonctionnement de l’activité logistique. La Commission Européenne marque le pas en 2007 avec l’adoption d’un plan d’actions visant à encadrer l’activité logistique considérée comme un levier de compétitivité de l’économie européenne, et ce dès l’examen de mi-parcours du Livre Blanc de 2001 sur « La politique européenne des transports à horizon 2010 : l’heure des choix »