Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Arno - Page 3

  • Une discussion très savoureuse

    C'est une période bien étrange que la nôtre. Il y a peu, je suis allé à Andorre pour un incentive. J'ai pas mal discuté géopolitique avec d'autres participants, et ça nous a fait un choc, de voir combien de pays sont à l'heure actuelle présidés par des personnalités troubles, voire franchement délirantes. En premier lieu, il y a bien sûr Trump, qui a d'ores et déjà sa place au Panthéon des comiques. Dernièrement, il s'est encore distingué par le mot qu'il a laissé dans le livre d'or du mémorial de l'Holocauste Yad Vashem : il y décrit le plaisir qu'il a à être là avec tous ses amis. Même un enfant aurait fait preuve d'un plus grand sens de l'Histoire ! Après, il y a bien évidemment un certain dictateur nord-coréen, qui a fait exécuté son oncle et ancien mentor, Jang Song-Thaek (entre autres crimes !). Et pour finir en beauté : le président philippin, qui applique la peine de mort aux toxicos, et ce même sans qu'il soit besoin d'un jugement. Ces trois individus sont dangereux, mais parfois, j'avoue qu'ils savent être divertissants. Par exemple, quand le président américain a dépeint le leader nord-coréen comme un « fou avec des armes nucléaires ». Et Trump aurait dit cela à Rodrigo Duterte, le président philippin ! Il aurait même osé complimenter ce dernier pour sa lutte anti-drogue, celle-là même qu'il a mise en place il y a un an et qui très largement contestée. Pour vous donner une idée de quoi il retourne, Duterte aurait avoué son admiration pour Hitler, dont la solution finale lui semblait particulièrement adaptée pour lutter contre le fléau de la toxicomanie... Il y aurait déjà eu plus de 7000 morts dans le pays dans cette lutte acharnée ! Au cours de cette même discussion, Trump aurait précisé à quel point il avait plus de bombes nucléaires que Kim Jong-Un. En bref, c'était le message d'un milliardaire inconscient à un forcené, diffamant un paranoïaque agressif et inconscient. C'est le comble du comble, non ? Quoi qu'il en soit, cet incentive m'a fait passer un très bon moment : les animations étaient très bien trouvées. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette expérience incentive à Andorre.

  • Loi de Finances 2018 : quand l’État économise sur ses politiques sociales

    Le projet de loi de Finances 2018 se caractérise par des diminutions de crédits très importantes sur les politiques sociales. Des choix budgétaires qui risquent de créer davantage de pauvreté. Dès sa prise de fonction, le gouvernement a expliqué la nécessité de réduire le déficit public et de réformer la société pour faire émerger un nouveau monde. Si ces orientations peuvent générer des annonces positives, telles que le lancement d’une stratégie « Logement d’abord » pour favoriser l’accès direct au logement des personnes à la rue et la nomination d’un délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, Olivier Noblecourt, en charge d’une future stratégie de lutte contre la pauvreté, le budget 2018 est en réalité très inquiétant. Le nombre de contrats aidés devrait ainsi fondre, passant de 469 000 en 2016 à 200 000 en 2018. Aucune alternative autre que la formation n’étant proposée, des dizaines de milliers de personnes en précarité sociale vont ainsi perdre l’une des rares chances d’accéder à l’emploi dans un contexte de chômage toujours massif. Un grand nombre de petites associations risque aussi l’arrêt de leurs activités, faute de financements publics suffisants. Les crédits de la politique de la ville ou de l’accompagnement des personnes en situation de prostitution sont également en baisse, parfois dans des proportions considérables. Acteurs essentiels des politiques de logement, les bailleurs sociaux sont aussi remis en cause via leur organisation budgétaire interne, avec une prise en charge de la baisse des aides au logement, et voient leur modèle économique percuté, avec des incidences fortes sur l’état des logements sociaux et la capacité des ménages modestes à y accéder. Les personnes les plus démunies voient leurs allocations réduites : les aides au logement ont déjà baissé de 5 euros par mois depuis début octobre, et la prestation d’accueil du jeune enfant est revue à la baisse (jusqu’à 15 euros par mois). Cette liste non exhaustive traduit la croyance dans la capacité d’une relance économique, stimulée par les classes supérieures, à améliorer la situation des plus pauvres. Elle reflète la volonté du gouvernement de réformer avant de financer, quitte à sacrifier des actions mises en œuvre depuis des années. Prête à faire évoluer les politiques de lutte contre la pauvreté, la Fédération refuse toutefois que le « nouveau monde » oublie une partie toujours plus importante de la population. Elle poursuit sa mobilisation pour des politiques volontaristes de réduction rapide et durable de la pauvreté et participera à l’élaboration de la Stratégie de lutte contre la pauvreté.

  • Dans les airs

    Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur mon voyage dans le Sud. C'est une région fabuleuse, où je ne me lasse jamais d'aller. Aujourd'hui, je vous parlerai des aiguilles de Bavella, que j'ai découvertes sous un angle nouveau, et dont j'ai pu apprécier toute la beauté lors d'un vol en hélicoptère. Avec leur silhouette crénelée, elles se distinguent de très loin ! Aperçues de Solenzara, en bord de mer, les aiguilles de Bavella, qui culminent à près de 2000 mètres, se découpent dans le ciel. Acérées comme les lames d'un stylet corse, elles le transpercent, déchirant l'azur de leur couleur ocre ! Ces sept gigantesques pics aux formes déchiquetées constituent une grande muraille rocheuse, véritable arête faîtière de l'île émergeant au-dessus d'un paysage âpre et désertique. C'est le monde des amoureux de la montagne, des passionnés de sports extrêmes tels que l'escalade, le parcours de via ferrata ou le canyoning. Mais ce jour-là, les aiguilles n'étaient du cockpit qu'un motif de contemplation plutôt qu'une invitation aux sports à sensations. Les aiguilles n'étaient pas les seuls éléments dignes d'admiration. Autour d'elles, le massif de Bavella se compose d'une belle forêt, étagée entre 500 et 1 300 mètres d'altitude. Elle est recouverte de pins et de ce maquis inextricable qui recouvre une bonne partie de l'île. Les innombrables chemins qui la parcourent sont un paradis pour les randonneurs, dont j'ai déjà été au nombre. En contrebas, j'ai également aperçu le « trou de la bombe », un orifice circulaire d'environ 8 mètres de diamètre transperçant le chaînon des Paliri ! Lors d'un précédent voyage, je m'étais déjà approché du bord du trou afin de voir notamment les pins laricio suspendus dans le vide, et les sensations fortes avaient été bien présentes. En effet, on y évolue sans filet de protection ! Le col de Bavella est placé sous le signe de la protection divine. Le sommet, mesuré à 1218 mètres, est marqué par une croix et par une statue de Notre-Dame-des-Neiges. La vue mérite un arrêt au sommet du col. À l'est, on voit se profiler la grande paroi de la Calanca Murata, et 1'arête rouge en dents de scie de la Punta Tafonata di Paliri. De mon appareil, je distinguais les arbres couchés sur le bord de la route, attestant que le vent se déchaîne souvent. La Corse est un pays aussi beau que dur. Ce vol en hélicoptère a laissé des images indélébiles dans mon esprit. Mon seul regret aura consisté à ne pas avoir pensé à prendre mon appareil photo lors de ce vol ! Pour plus d'informations, allez sur le site de ce de vol en hélicoptère à Cannes et trouvez toutes les infos.