Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Arno - Page 3

  • Un futur Maverick ?

    Lundi dernier, 13 heures. Jérôme, mon pilote et instructeur pour l'heure qui va suivre, me conduit au Cessna 150 qui trône devant le hangar de l’aéroport. Je suis à Aix les Milles. Le temps est superbe mais je suis un peu stressé. Dans quelques instants, je vais effectuer mon premier vol en tant que pilote. Le cadeau inattendu de ma femme à Noël. Nous faisons le tour de l'appareil pour vérifier son bon état, puis embarquons à bord. A l’intérieur, le cockpit m'a l’air assez incompréhensible. Mais le pilote me rassure : je n'aurai pas à me servir de tout ça. Quelques minutes plus tard, après nous être installés et avoir procédé à la checklist pré-roulage, nous prenons contact avec la tour de contrôle et cette dernière nous donne l'autorisation de rouler. Nous rejoignons la piste pour nous placer à son extrémité. C'est le moment d'y aller. C'est Jérôme qui s'occupera du décollage, mais je prendrai les rênes juste après. Je conserve mes mains sur le manche pour suivre la manoeuvre. Le pilote met les gaz puis tire légèrement sur le manche et c'est parti : l’avion laisse bientôt derrière lui le plancher des vaches. Le moment du décollage est de loin le plus marquant, la proximité du sol permettant de profiter de la vitesse. Nous prenons bientôt de l’altitude et la sensation de vitesse finit par disparaître. Le pilote me rend les commandes. C'est à moi de jouer. Je suis stupéfait de découvrir avec quelle facilité l'avion se pilote. Les commandes sont ultra simples à prendre en main. Nous culminons à 600 m d'altitude, ce qui devrait permettre de profiter de la vue, d'autant que le temps est au beau fixe. Mais je suis trop concentré sur le pilotage, et notamment le fait de conserver notre assiette, pour prêter attention à la vue. Soudain, mon co-pilote me prévient que le moment est venu de prendre le chemin du retour. J'étais si concentré que je n'ai pas vu le temps passer. Vingt minutes, c'est décidément très court ! Petit moment de stress à la descente, lorsque le paysage se rapproche et que la sensation de vitesse est à nouveau présente. L'appareil descend un peu trop vite à mon goût. Mais quelques secondes plus tard, le petit Cessna 150 a retrouvé sa place sur le parking. Mission réussie. Cette expérience surprenante m'a beaucoup plu et j'envisage même de passer ma licence de pilote dans un avenir proche. Le pilote m'a signalé qu'on peut l'obtenir avant même de pouvoir passer le permis voiture. Et emmener ma petite femme en promenade en altitude ne serait pas pour me déplaire. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette expérience de baptême de l'air à Rennes.

  • Le TGV, une décennie difficile

    Les TGV transportent près de 110 millions de voyageurs par an pour les seules liaisons domestiques, et près de 30 millions de voyageurs à l’international, pour un chiffre d’affaires total de 6,6 milliards d’euros, dont 85% pour le marché domestique. L’ouverture de quatre lignes nouvelles à grande vitesse en 2016 et 2017 a ajouté 700 km au réseau actuel et a permis des gains de temps importants pour les voyageurs. Il est prévu qu’elles attirent 4,7 millions de voyageurs supplémentaires en 2020, et près de 7 millions à l’horizon 2025. De même l’ouverture de nouvelles routes européennes devrait contribuer au développement des trafics. Depuis 2008 le modèle économique du TGV s’est dégradé : - Les trafics ont peu progressé, en raison d’un contexte économique défavorable, d’une concurrence intermodale de plus en plus forte (compagnies aériennes low cost, covoiturage, autocars), et enfin de l’impact des attentats de 2015 et 2016 en France ; - Les redevances d’infrastructures ont augmenté de 50%, passant d’1,2 milliard d’euros en 2008 à 1,8 milliard d’euros en 2016 ; elles représentent 40% des charges opérationnelles ; - Le parc de matériel roulant, compte tenu de la stagnation des trafics, est devenu surdimensionné, et pèse lourdement sur les charges de capital. Pour faire face à cette conjoncture difficile, SNCF Mobilités a fait évoluer le modèle économique du TGV, en maîtrisant ses charges opérationnelles et en développant des offres à bas prix (IDTGV, Ouigo). Néanmoins, ses marges de manœuvre sont limitées par les injonctions souvent contradictoires de l’Etat : - D’un côté, celui-ci régule les tarifs, crée de nouvelles charges (augmentation de la TVA de 5 à 10% entre 2011 et 2014, financement des Trains d’Equilibre du Territoire par la CST et la TREF), et pèse sur les achats de matériel roulant ; - De l’autre, il fixe à SNCF Mobilités des objectifs de rentabilité élevés au regard de la pratique d’autres grandes entreprises de transports ou du secteur industriel (avec une rémunération du capital de 8,5% après impôts). Ces contradictions conduisent SNCF Mobilités à considérer l’activité TGV comme non rentable, et donc à déprécier ses actifs : 700 millions d’euros en 2011, 1,4 milliard d’euros en 2013 et enfin 2,2 milliards d’euros en 2015.

  • Une discussion très savoureuse

    C'est une période bien étrange que la nôtre. Il y a peu, je suis allé à Andorre pour un incentive. J'ai pas mal discuté géopolitique avec d'autres participants, et ça nous a fait un choc, de voir combien de pays sont à l'heure actuelle présidés par des personnalités troubles, voire franchement délirantes. En premier lieu, il y a bien sûr Trump, qui a d'ores et déjà sa place au Panthéon des comiques. Dernièrement, il s'est encore distingué par le mot qu'il a laissé dans le livre d'or du mémorial de l'Holocauste Yad Vashem : il y décrit le plaisir qu'il a à être là avec tous ses amis. Même un enfant aurait fait preuve d'un plus grand sens de l'Histoire ! Après, il y a bien évidemment un certain dictateur nord-coréen, qui a fait exécuté son oncle et ancien mentor, Jang Song-Thaek (entre autres crimes !). Et pour finir en beauté : le président philippin, qui applique la peine de mort aux toxicos, et ce même sans qu'il soit besoin d'un jugement. Ces trois individus sont dangereux, mais parfois, j'avoue qu'ils savent être divertissants. Par exemple, quand le président américain a dépeint le leader nord-coréen comme un « fou avec des armes nucléaires ». Et Trump aurait dit cela à Rodrigo Duterte, le président philippin ! Il aurait même osé complimenter ce dernier pour sa lutte anti-drogue, celle-là même qu'il a mise en place il y a un an et qui très largement contestée. Pour vous donner une idée de quoi il retourne, Duterte aurait avoué son admiration pour Hitler, dont la solution finale lui semblait particulièrement adaptée pour lutter contre le fléau de la toxicomanie... Il y aurait déjà eu plus de 7000 morts dans le pays dans cette lutte acharnée ! Au cours de cette même discussion, Trump aurait précisé à quel point il avait plus de bombes nucléaires que Kim Jong-Un. En bref, c'était le message d'un milliardaire inconscient à un forcené, diffamant un paranoïaque agressif et inconscient. C'est le comble du comble, non ? Quoi qu'il en soit, cet incentive m'a fait passer un très bon moment : les animations étaient très bien trouvées. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette expérience incentive à Andorre.